Alexandre Naudin président de  la société Amadeus, a investi près de huit millions d’euros en 2016 pour transformer une petite ferme, en village événementiel  isolé sur une colline, afin d’accueillir mariages et séminaires d’entreprises.

 

« Quand j’ai vu le lieu, je me suis dit : mais c’est un village, ici ! Le cirque, c’est un rêve de gosse », s’exprime Alexandre Naudin avec enthousiasme. La ferme est devenue deux établissements dédiés à accueillir mariage et séminaire d’entreprise avec une superficie de 2600 m2 habitables.
 
Le premier établissement au nom de Clos de l’orangerie, a ouvert en 2017. D’un style conventionnel, avec une immense piscine couverte et chauffée, avec un bar, le tout sur une terrasse de 900 m2.
 
Le second, au nom de Village de Sully qui ouvrira en 2019. Le lieu est grandiose et comprendra un cinéma, un bar, terrain de pétanque, bureau de poste, mairie, cabine téléphonique, épicerie, crèmerie, et chapiteau de cirque. Le thème misé sur une place de village des années 1980, lors d’un soir festival. Le lieu est original, et facile d’accès près de la sortie de l’A13.
 
La transformation de cette ancienne ferme « doit beaucoup à Monsieur Guillamaud », rapporte Pierre-Yves Dumoulin, qui lui a succédé à la tête de la mairie rosnéenne suite à son décès. L’ancien maire, qui connaissait intimement les lieux, aurait permis à l’association qui en était propriétaire d’entrer en contact avec Amadeus, et fait preuve de « souplesse » pour permettre une transformation rapide des lieux.
 
Les prestations seront proposées toute l’année, à l’extérieur comme à l’intérieur. Les deux établissements pourront être loués séparément ou ensemble. Le prix de chacun des établissements est compris entre 1500 et 8000 euros par soir. Le Clos de l’orangerie comprend une capacité de 34 personnes, et celui du Village de Sully, 50 personnes.

 

A ce jour, l’entreprise a embauché quinze salariés. Elle devrait en recruter dix de plus avec l’ouverture du Village de Sully, et envisage à terme un chiffre d’affaires annuel de « quatre à six millions d’euros ».