Un changement va s’opérer pour le grand groupe espagnol NH hôtel, qui est en phase incertaine depuis quelques temps. Le groupe va être contrôler par la chaîne thaïlandaise Minor international, qui leur a offert 1,7 milliard d’euros, soit 30% du capital de NH hôtel.

Alors que NH Hôtel est en plein renouveau, son adossement au groupe thaïlandais clarifie sa situation incertaine depuis deux ans. Cette prise de contrôle lui permettra d’augmenter son parc d’hôtel de 161 à 540 établissements dans le monde. En effet, en 2016, le conglomérat chinois HNA a été éjecté du conseil d’administration, après avoir aidé le groupe espagnol en devenant un de ses actionnaires en 2013. Puisque suite à un conflit d’intérêt, les actionnaires du groupe ont pris la décision d’exclure les quatre représentant chinois.

Cette lutte autour du contrôle et de la gestion de NH hôtel, avait alimenté un possible rachat de conglomérat chinois et un éventuel rapprochement de Carlson Rezidor. HNA devait impérativement de désendetter, puisqu’il avait multiplié les acquisitions autour de son métier de base : transporteur aérien.

En avril, le conglomérat chinois a ainsi notifié au gendarme boursier états-unien son intention de céder tout ou partie de ses 26,1 % dans le groupe hôtelier américain Hilton Worldwide, une participation alors estimée à 6,3 milliards de dollars. Au cours du printemps, HNA a également tenté de réintroduire à la Bourse de Zurich les sociétés suisses Swissport et Gategroup, des ténors respectivement des services aéroportuaires et de la restauration à bord des avions.

Au début de l’année, NH Hotel qui avait de nombreuses ambitions pour se développer en France, s’est vu ouvertement approché par son concurrent Barceló, lequel lui a proposé une fusion en vue de constituer un nouveau géant espagnol de l’hôtellerie. Ce dernier a eu droit à un refus catégorique.