Etude : l’Europe, zone à risque pour le voyage d’affaires ?

Dans un sondage publié par le Business Travel Summit Amsterdam – un nouvel événement dédié au voyage d’affaires – les Travel Managers se disent inquiets quant à la sécurité des déplacements professionnels en Europe.

DR

C’est malheureusement devenu un lieu commun : il n’est plus de destination sûre pour le voyage d’affaires ou le tourisme. Une étude publiée le 4 septembre par le Sommet du voyage d’affaires (« Business Travel Summit Amsterdam« ) confirme la tendance. Les responsables de l’événement – qui se tiendra les 26 et 27 Septembre prochains au RAI Conference Centre – ont sondé 230 Travel Managers en Europe. Leur question : « Quelles sont les régions qui présentent la plus grande menace pour vos voyageurs ? ». Le Moyen-Orient et l’Afrique du Nord est la zone la plus anxiogène pour les responsables voyages (31%), devant l’Afrique de l’Ouest (43%) et l’Afrique Centrale (34%).

Business Travel Summit Amsterdam

Mais l’un des éléments les plus marquants concerne peut-être l’Europe, citée par 30% des travel managers dans le trio de tête des destinations à risque. « Il n’est pas surprenant de voir le Moyen-Orient et l’Afrique parmi les territoires que les gestionnaires de voyages européens considèrent comme les plus à risque pour leurs voyageurs, ou vers lesquels certains ont cessé d’envoyer des voyageurs », témoigne David Chapple, directeur du Business Travel Summit Amsterdam. « Mais, malgré les récents attentats terroristes de Londres, Paris et Barcelone, j’ai quand même été surpris de voir l’Europe figurer sur cette liste », ajoute-t-il. « Se méfier – et être conscient – des risques posés sur tous les territoires est, hélas, un simple signe des temps et c’est pourquoi il est si important pour les entreprises de mettre en place une stratégie de gestion des risques voyageurs », souligne David Chapple.

L’étude du Business Travel Summit Amsterdam note même que 7% des responsables voyages ont arrêté d’envoyer leurs collaborateurs en Europe, ou prévoient de le faire prochainement. S’agissant d’un panel de Travel Managers européens, on peut s’interroger quant aux alternatives trouvées par ces entreprises qui éviteraient donc les marchés voisins…

Quant aux menaces évoquées, le terrorisme revient le plus souvent dans les facteurs de crainte (56%), devant les crises sociales et politiques (18%), la criminalité (13%), le contrôle des armes à feu (2%) et enfin l’islamophobie (1%).
Une large majorité de travel managers considèrent que le devoir de protection (« duty of care ») relève de leur responsabilité (84%), et 78% d’entre eux ont mis en place une politique pour répondre à cette problématique. Enfin, les voyageuses d’affaires font l’objet de mesures particulières dans 52% des cas, tout comme la communauté LGBTQ (27%).

Ecrit par Florian Guillemin le 4 septembre 2017

source