Vidéo : AccorHotel et Noctis veulent créer des synergies dans l’événementiel

« Des synergies. En tous cas, c’est ce que nous cherchions à travers cette association », explique Laurent de Gourcuff dans l’émission « L’Invité des Echos », au sujet de la prise de participation de 31 % d’AccorHotel dans le groupe qu’il préside, Noctis, en mai dernier.

« Nous cherchons des lieux, et en fonction des lieux que nous trouvons, nous y mettons l’une de nos trois activités, à savoir le festif, l’événementiel ou de la restauration. Et AccorHotel a un nombre de lieux gigantesque et est en train de monter en gamme très considérablement. »

21Si le partenariat n’en est encore qu’à ses débuts, plusieurs pistes de développement sont à l’étude entre le géant mondial de l’hôtellerie et le groupe Noctis, qui revendique plus de 800 collaborateurs et environ 3.000 événements organisés chaque année. Tout d’abord, il s’agit d’étendre le réseau de Noctis. « Nous cherchons des locaux pour y implanter nos marques – comme Raspoutine, Monsieur Bleu, Loulou – et pourquoi pas même y faire de l’événementiel dans des lieux qu’ils possèdent en France », indique Laurent de Gourcuff. Par ailleurs, AccorHotel pourra éventuellement apporter une clientèle d’affaire fidélisée. « Nous pouvons évidemment imaginer des liens pour nos clients et les leurs. »

Les Français moins dépensiers pour la fête

Plus largement, pour le groupe Noctis, l’enjeu est de créer des synergies entre ses différentes activités. Laurent de Gourcuff prend l’exemple du Château de Longchamp, récemment ouvert. « Nous avons refait ce château qui était un peu à l’abandon depuis 30 ans. Tout le rez-de-chaussée est dédié à l’événementiel ; les 1er et 2e étages sont dédiés à Yann Arthus-Bertrand et sa fondation pour des expositions permanentes ; et nous avons également, sur le domaine, une clairière d’environ 2.000 places dans laquelle nous organisons, lors de la période estivale, des concerts. Il y a donc deux métiers pour le coup : événementiel et festif. »

Ces complémentarités sont importantes pour Noctis. Le groupe, qui possède également de nombreuses discothèques, est confronté à un marché où la tendance est à la baisse des dépenses chez les consommateurs. « Les Français dépensent moins pour faire la fête, ils font plus attention à ce genre de dépense qu’il y a cinq ou six ans », reconnaît Laurent de Gourcuff. Par ailleurs, « il y a eu une vraie baisse de panier moyen à la suite des attentats du 13 novembre, et là, nous sommes revenus à un niveau de fréquentation normale, mais le panier moyen reste en-dessous de ce qu’il était avant. »

Dans ce contexte, le groupe Noctis mise sur l’ouverture de nouveaux espaces pour soutenir sa croissance. D’ailleurs, Laurent de Gourcuff s’affirme confiant sur ses perspectives, avec l’ouverture de neuf projets planifiés dans les trois prochaines années.

 

Source